Bataille pour le monopole des jouets d'enfants

 

Bataille pour le monopole des jouets d'enfants

Longtemps la vente de joujoux fut l'apanage de moult corporations spécialisées, des merciers aux vanniers-tourneurs, en passant par les bimbelotiers ou les poupetiers. Quant à la confection de jouets, Paris, qui s'illustra dès le Moyen Age dans celle des poupées, se faisait damer le pion par les artisans du Limousin, du Jura et surtout d'Allemagne.

Les enfants du XIIe siècle possédaient déjà des joujoux assez compliqués. Dans le célèbre Hortus deliciarum était dessiné un jouet fort curieux. Deux enfants, séparés par une table, tenaient de chaque main l'extrémité de deux cordes soutenant deux marionnettes représentant des chevaliers armés de pied en cap...

 

 

 

Jeux d'éveil des bébés souverains

 

En 1383, on donne à Charles VI, alors âgé de quinze ans, un canon de bois et « un petit engin à traire » dans lequel il faut probablement reconnaître une petite voiture. Il joue aussi « à croiz et pille », et comme il désire un ballon, on lui achète des vessies de bœuf.