Jean Ier (1316)

Fils de Louis X le Hutin et de Clémence de Hongrie, il ne vécut que 5 jours. Lorsque Louis X mourut le 5 juin 1316, la reine était enceinte de cinq mois. C’est Philippe, comte de Poitiers et frère du défunt roi, qui s’intitula alors régent du royaume jusqu’à la majorité du futur roi si la reine accouchait d’un fils.


Naissance de Jean Ier (1316)
Le 15 novembre 1316 Clémence accoucha de Jean Ier, qui fut proclamé roi de France, Philippe gardant le titre de régent et se faisant attribuer celui de « gardien de l’état ». Jean ne vécut que cinq jours, sa mort le 19 novembre 1316 faisant de Jeanne II de Navarre, fille que Louis le Hutin avait eu d’un premier mariage avec Marguerite de Bourgogne, l’héritière légitime du trône de France.

Mais l’habitude prise depuis plus de trois siècles de voir le fils aîné du roi succéder à son père ayant fortement marqué les esprits, il était difficile d’envisager de laisser le royaume aux mains d’une femme. La question fut tranchée par des légalistes réunis dans une assemblée des grands le 2 février 1317, présidée par Pierre d’Arablay, chancelier de France. Il fut déclaré que la loi salique interdisait aux femmes de succéder au trône de France. Philippe de Poitiers fut proclamé roi de France sous le nom de Philippe V.

Diverses légendes circulèrent sur Jean Ier : on prétendit notamment que Philippe V l’avait fait empoisonner. Louis Ier de Hongrie, neveu de la reine Clémence, fit répandre le bruit qu’il avait été emmené secrètement à Sienne, puis élevé sous le nom de Jean de Guccio. Enfin, durant la captivité de Jean II (1356-1360), un homme prétendit être l’héritier de la couronne et essaya de faire valoir ses droits. Fait prisonnier en Provence, cet homme mourut en captivité en 1363.