Clodion le Chevelu

Clodion le Chevelu, ou Chlodio, ou Chlodion
(né vers 400, mort en 448)
(Roi des Francs Saliens : règne 428-448)





 

Surnommé le Chevelu, parce qu’il portait une longue chevelure, il est considéré par certains comme le troisième roi de France, si l’on admet pour le premier Théodemir, dont Grégoire de Tours dit même qu’il était le fils, car Pharamond ne fut que son tuteur. Clodion était, comme ses deux prédécesseurs, chef des Saliens, principale tribu des Francs qui s’établirent en 207 dans la Toxandrie, la Campine d’aujourd’hui, et aux environs de Tossender-Loo.


Clodion le Chevelu (428-448)
C’est de là que Clodion, qui était monté sur le trône en 428, partit pour s’emparer de Cambrai et envahir les contrées appelées depuis le Hainaut et l’Artois ; mais son armée s’étant ensuite livrée à la débauche, fut surprise par les Romains que commandait Majorien, au moment où elle célébrait les noces de l’un des lieutenants de Clodion. Obligé de rentrer dans ses premières limites, et retiré à Disparg, où il faisait sa résidence, ce prince y attendit une occasion favorable pour se venger de cette première défaite.

Il ne tarda pas à profiter du moment où Aétius était occupé à combattre les Visigoths, les Bourguignons et d’autres peuples des Gaules, sans cesse armés contre les Romains, pour envahir encore une fois les contrées dont il avait été chassé. Sorti de Disparg en 444, il traverse sans bruit l’immense forêt Charbonnière, s’empare de Tournai, de Cambrai, et pénètre jusqu’à Amiens, dont il fait sa capitale. Ce fut la première invasion de quelque importance que les Francs firent dans les Gaules : ils n’étaient pas encore assez puissants pour y former de plus grandes entreprises.

Trois ans après cette conquête, Clodion envoya l’un de ses fils au delà de la Somme, à la tête d’une armée ; mais Aétius, qui venait de soumettre les autres ennemis de l’empire, vint attaquer les Francs, et les mit en fuite sous les murs de Soissons, qu’ils assiégeaient. Le jeune prince perdit la vie dans cette défaite, et Clodion mourut deux ans après, en 448, laissant deux autres fils, auxquels il donna Mérovée pour tuteur.