Symbolique des couleurs au moyen age

 

Symbolique des couleurs au moyen age :


Les pensées et les croyances des hommes du Moyen Age sont bien loin des nôtres et leur façon d'appréhender et d'utiliser les couleurs peut surprendre.- Le bleu par exemple, était alors considéré comme une couleur chaude. L'Eglise a ainsi consigné les couleurs liturgiques au Concile de Nicée en 325.- Le violet est défini comme la couleur de la prière (confirmation en 1215, au Concile de Latran IV).- Le vert symbolise déjà la fertilité de la terre, la vie nouvelle et l'état de grâce.- Le blanc, le baptême.- Le rouge pourpre de l'Eglise byzantine désigne la passion du Christ et le supplice des martyrs. Il exprime également le feu et la foi. Lorsque se développe la dévotion envers Marie, celle-ci est ainsi habillée de bleu ciel et de rouge, parce qu'elle est reine du ciel et mère de Dieu.Pourquoi la couleur ?L'imaginaire des couleurs traduit sans aucun doute une symbolique. L'iconographie religieuse retient les nouvelles règles des couleurs. Le bleu devient l'attribut de la vierge au moment où la dévotion envers Marie se généralise. L'essor du bleu n'a pas été sans susciter de fortes réactions de la part des teinturiers du rouge et des marchands de garance : la concurrence fut si forte qu'en commandant des vitraux ils insistèrent parfois auprès des maîtres-verriers pour qu'ils destinent le bleu au diable ou à l'enfer (signe de discrédit, mais pour nous, haut témoignage de la symbolique des couleurs au Moyen Age. Les gens du Moyen Age ont le goût des matières brillantes et des teintes éclatantes. Ils vénèrent la couleur, s'y réchauffent, s'y rassurent.La question de la couleur s'associe à la théologie de la lumière qui s'épanouit parallèlement à la lente domestication de la lumière. Elle est donc divine. L'impact est d'autant plus grand que la lumière des lampes à huile est encore rare au Moyen Age et que le monde de la nuit est peuplé d'ombres menaçantes, de dangers, voire de créatures démoniaques. Face à ces peurs ancestrales et légitimes, mêlées de superstitions tenaces, les hommes se mettent en quête de la sécurité lumineuse et les architectes tentent alors de l'inscrire dans la pierre.

ROUGE : Important pour nos ancêtres parce qu’il symbolisait la vie. Il exprime la joie, la santé, le triomphe.· Dans l’esprit des iconographes du Moyen – Age, le ROUGE vif représente l’incandescence, l’activité. · Pour les hébreux, le ROUGE est employé dans une série d’expressions dérivées du mot " dam " qui signifie sang. Or, dans la pensée hébraïque, le sang signifie la Vie. · En Inde, Brahma, le créateur du monde, était représenté en rouge. · En Grèce, le ROUGE symbolisait l’amour régénérateur. · Dans l’art Chrétien, le ROUGE symbolise le St Esprit sous la forme du feu, chargé du pouvoir de régénération et de purification des âmes. Les vêtements rouges portés par le pape le Vendredi Saint rappellent l’Amour du Christ pour l’humanité. · La couleur ROUGE du sang et de la flamme représente et le combat, et Mars le dieu du combat. Trop vif, le ROUGE reste le symbole du feu mais d’un feu ravageur. Il est signe de colère." Couleur du 1er chakra : qui représente nos racines, notre ancrage à la Terre. Avez-vous  les pieds sur terre ? ou êtes vous de style rêveur ? C'est également la relation à notre mère., la vitalité. Lorsqu'une personne est anémiée, elle manque de globules rouge et se sent donc plus fatiguée. "ORANGE : Active et tonifiante l’ORANGE éveille les sens, avive les émotions et provoque une sensation de bien-être et de bonne humeur.· Dans l’art religieux, l’ORANGE symbolise la révélation de l’Amour Universel. Le langage symbolique chrétien emploie le safran ou l’orangé pour représenter la divinité illuminant l’esprit des fidèles ; · A l époque médiévale, les jeunes épousées de France revêtaient une robe vermeille. · Les moines bouddhistes portent une robe safranée, et les chevaliers du St Esprit une croix en velours ORANGE. · L’ORANGE est la couleur des Epicuriens. Il s’associe au plaisir du bien concret du goût de vivre. Il éveille les sensations du corps. Priorité est alors donnée aux plaisirs de la table, au corps, à toutes les sensations fortes." Dans les restaurants rapides, il n'est pas rare de voir quelques touches d'orange afin de stimuler l'appétit. Couleur du 2ème chakra, l'orange est la couleur qui exprime notre rapport au plaisir et au désir. "JAUNE : le JAUNE symbolise la lumière spirituelle. Il évoque le miel. Isaïe nous dit : " Celui qui viendra pour repousser le mal et instaurer le bien mangera du miel et du beurre.· Etant d’essence divine, le JAUNE d’or devient sur Terre l’attribut des princes et des rois qui proclament l’origine sacrée de leur pouvoir. · En Chine, le JAUNE est la couleur des empereurs. · Le JAUNE peut aussi mener à l’égoïsme, à l’orgueil et à la présomption où l’amour est oublié. · Le JAUNE est la couleur du soleil. Il est devenu l’attribut des divinités solaires, telles qu’Apollon, le dieu égyptien Râ et les dieux du soleil chez les Incas et les Aztèques. · Dans la mythologie égyptienne, la chaleur et les rayons pénétrant du soleil passaient pour être le sperme d’or du dieu Râ. · Pour les indiens Cherokees, le JAUNE est associé au feu sacré de l’actualisation, au pouvoir de l’homme d’actualiser l’intuition du créateur par ses justes efforts." Couleur du 3ème chakra. Symbole de l'estime de soi, de la confiance en soi, de l'égo, de la puissance, du pouvoir. ".VERT : Le VERT est le symbole des œuvres accomplies pour la régénération de l’âme et par extension de la charité.· En Inde, le VERT est la couleur du dieu Ganesha, cousin de l’Hermes grec, rattaché à la sphère de la création. · Enveloppant, calmant, rafraîchissant, tonifiant, le VERT est la couleur des apothicaires et celle de la toge des médecins au Moyen-Age. · L’emblème de l’éternité et des renaissances, le scarabée égyptien, signifiait, aussi quand il était vert, la régénération nécessaire pour naître à la vie spirituelle. · Les vêtements sacerdotaux qu’endossent les prêtres chrétiens entre le 3ème dimanche après la Pentecôte et l’Avent sont tissés en VERT pour rappeler la vie de la Grâce par la résurrection du " Fils "." Couleur du 4ème chakra. Symbole de l'équilibre, du renouveau, de l'Amour, de l'acceptation, de la compassion, de l'harmonie. "BLEU : Dans le langage sacré égyptien, le BLEU symbolise l’Immortalité ;· En Grèce, les prêtres de Chronos, maîtres du Temps, étaient vêtus de bleu. · Le BLEU apaise, calme profondément. · Il est un des attributs de Jupiter et de Junon, le dieu et la déesse du Ciel chez les Romains. · Les premiers chrétiens avaient choisi le BLEU pour symboliser Dieu le père. L’église chrétienne d’aujourd’hui l’utilise le plus souvent comme la couleur de la Vierge . Dans l’art religieux, il est coutumier de représenter la Vierge portant des vêtements de diverses nuances de bleu. · Le BLEU, en tant que symbole de l’eau, qui nettoie, nourrit et rafraîchit. Elle transforme les substances en les dissolvant. L’eau sert à sanctifier et à consacrer la vie du baptisé." Couleur du 5ème chakra. symbole de la communication, de l'expression de soi, de la créativité, de la tranquillité. "VIOLET : L’utilisation du VIOLET pour désigner l’autorité est passée dans l’église chrétienne car il est la couleur portée par les évêques.· Le VIOLET était la marque du deuil à la cour de France et c’était aussi la couleur des draps posés sur le cercueil lors des cérémonies mortuaires. · Symbole de spiritualité, dans le christianisme le VIOLET signifie le mariage en Jésus-Christ de l’Homme avec l’Esprit céleste. Le Vendredi Saint, le chœur des églises est drapé de violet. Sur les monuments symboliques du moyen – Age, Jésus Christ porte la robe violette pendant la Passion, signifiant qu’il a totalement assumé son incarnation et que par son sacrifice, le fils de l’homme réintègre l’Esprit céleste, impérissable." Couleur du 7ème chakra. Symbole de la spiritualité, relation au père et au Père spirituel, à l'autorité. "NOIR : est l’antithèse du blanc. Couleur du deuil en Occident, le NOIR est à l’origine , le symbole de la fécondité, couleur des déesses de la fertilité et des vierges noires.· Représentant le monde souterrain, le NOIR correspond au ventre de la terre où s’opère la régénération du monde. · Souvent symbole d’obscurité et d’impureté, il devient alors celui de la non manifestation et de la virginité primordiale. Obscurité des origines, il précède la création dans toutes les religions. · Tout comme l’hiver appelle le printemps, le NOIR évoque la promesse d’une vie renouvelée."  "BLANC : est la couleur de l’unité, de la pureté.· En Inde, le BLANC est associé aux rites funéraires ; dans un grand nombre de pays d’Asie, les couronnes funéraires sont blanches ainsi que les fleurs données en offrande aux maîtres réincarnés. · Dans le rituel chrétien les enfants sont conduits en terre sous un suaire BLANC, orné de fleurs blanches. C’est la couleur de la pureté marquant que rien, n’a été accompli : tel est le sens initial de la blancheur virginale de la robe des communiants et celle de la fiancée qui va vers ses épousailles. · Sur le drapeau du Vatican, le BLANC est associé à l’or représentant le règne de Dieu sur la Terre."  "L’OR : représente la lumière solaire en tant que symbole de la lumière manifestée. Les icônes du Bouddha sont dorées, signe de l’éveil et de l’absolue perfection.· L’OR exprime la connaissance. On parle aussi de l’âge d ’ OR qui constitue la perfection. · Dans l’alchimie, on transmute le plomb en OR, symbolisant la transformation de l’humain en divin par la conscience de Dieu. · L’OR est le métal des rois et des empereurs, non seulement en Occident mais dant tout le reste du monde. Il évoque le Soleil et toute sa symbolique : fécondité, richesse, domination rayonnement ; centre de chaleur, amour, don ; foyer de lumière et de connaissance." 

Les velours ou satins façonnés cramoisis pouvaient atteindre des prix considérables lorsqu'ils étaient colorés grâce au kermès. Cette teinture, la plus couteuse de toutes, était extraite des oeufs d'un insecte originaire de la Méditerranée.Le violet n'avait pas cette connotation de tristesse et de pénitence qui sera réservé au Carême et à l'Avent. Le noir n'était pas non plus destiné à représenter le deuil mais seulement l'influence des modes mondaines. D'ailleurs, les vêtements noirs étaient souvent doublés de tissus aux couleurs vives. Le camocas était un riche tissu de soie souvent agrémenté de rayures d'or ou d'argent fabriqué en Terre Sainte. Il était courant surtout aux 14ème et 15ème siècle.Le cendal était un tissu de soie très utilisé au Moyen-Age et qui ressemblait au taffetas. Il en existait de toutes sortes allant de l'étoffe de luxe jusqu'au tissu de doublure très ordinaire.Le dabiky était un tissu très léger fabriqué au 15ème siècle dans les faubourgs de Damiette. On en faisait des turbans brodés et des robes.Le camelot était un tissu fabriqué avec du poil de chameau originaire d'Asie Mineure. Il fut importé en Occident dés le 13ème siècle par les français et les Italiens.La futaine était un tissu très courant en France depuis le début du 13ème siècle. Il s'agit d'un tissu de coton ou un mélange de coton et de chanvre ou de lin. Il était fabriqué à l'origine à Fustat, faubourg du Caire, ce qui explique son nom. Cette étoffe était utilisée pour fabriquer des vêtements de dessous ainsi que des doublures. Le nom de "bombazin" pouvait désigner un vêtement de dessous fait en futaine ou bien une futaine à deux envers.Dans l’ouvrage intitulé Des couleurs symboliques dans l’Antiquité, le Moyen Âge et les Temps modernes, édité à Paris en 1857, le baron Frédéric Portal a essayé d’expliquer systématiquement les principes de la symbolique des couleurs. :Le point de départ est le principe fondamental de la lumière et de l’obscurité, que matérialisent le blanc et le noir. Le blanc n’est pas un pigment à proprement parler, mais il se rattache à l’émanation — ”l’écoulement” — de la lumière divine, issue du soleil, que l’on décrit au mieux comme un blanc lumineux. Le noir est considéré comme la négation des couleurs et le résultat de leur calcination, lié à l’esprit des ténèbres. Ce principe duel est propre au divin et se trouve donc en dehors des trois plans de couleur proprement dits.La lumière n’existe — dans la représentation de Portal — que par le feu, dont le symbole est le rouge. Le rouge et le blanc dominent donc aussi le premier niveau, lieu de l’amour, de la mélancolie, de la volonté — de « l’existence en soi ». Le blanc signifie la sagesse divine, tandis que le rouge est le symbole de l’amour divin. La création de l’univers découle de ces deux attributs de Dieu, par conséquent aussi le deuxième niveau. C’est ici le domaine de la vie, le règne de la raison. Le jaune et le bleu ressortissent à ce deuxième niveau et symbolisent l’intelligence et la parole. Le jaune est « la révélation de l’amour » et « la sagesse de Dieu », le bleu symbolisant leur « manifestation par la vie ». De l’union du jaune et du bleu naît le vert, qui appartient au troisième niveau, celui de la réalisation et de l’action. Le vert est la manifestation de l’amour et de la sagesse, tels qu’ils se révèlent dans les faits et dans les gestes. Le vert symbolise la générosité et la régénération de l’âme à travers les œuvres.Pour chacun de ces trois ensembles, inclus dans l’existence temporelle comme le montre le cercle, la couleur peut vivre de son côté selon trois dimensions différentes — le monde divin, le monde spirituel et le monde naturel — selon le champ de l’expérience corporelle à laquelle chacune appartient. Le monde divin est proprement celui des corps irradiants (la lumière vient de leur intérieur). Le monde spirituel est propre aux corps diaphanes, dans lesquels la lumière incidente se diffuse et se transmet, réfléchie, après avoir exploré l’intérieur des corps ; c’est le monde des pierres précieuses et des gemmes, des objets chatoyants qui participent de cette façon à la lumière divine ; c’est le monde des volumes. Le monde naturel, enfin, est celui des corps opaques étrangers à la lumière et qui la renvoient ; celle-ci n’explore pas leur intimité, mais seulement leur enveloppe ; c’est le monde des surfaces.Deux règles régissent le système de Portal : la règle de composition et la règle d’opposition. Selon la première, à partir des cinq couleurs pures — le blanc, le rouge, le jaune, le bleu et le vert — on obtient les couleurs composées : le rose, le pourpre, l’hyacinthe, le violet et le gris. Ces couleurs reçoivent leurs significations des couleurs qui les composent : la couleur dominante est celle qui fournit la signification, tandis que la couleur dominée apporte sa propre nuance. Par exemple, le rouge (amour) et le bleu (vérité) donnent le pourpre (amour de la vérité) ; le bleu (vérité) et le pourpre (amour) donnent l’hyacinthe (vérité de l’amour). Si l’on ajoute du noir aux autres couleurs, leurs caractéristiques se transforment en leurs contraires : le rouge (amour divin), mélangé au noir, tourne au symbole de l’amour infernal, de l’égoïsme, des passions « inférieures ». La règle de l’opposition ne se rapporte pas, comme on l’attendrait, à une relation entre deux couleurs ; elle décrit plutôt le caractère double d’une seule et même couleur. La règle d’opposition est commune au langage des couleurs comme à toute la symbolique en général. Par exemple, dans la Genèse, le Serpent n’incarne pas seulement le Messie et la sagesse, mais aussi le mauvais génie. De même, le rouge signifiera amour, mais aussi égoïsme ; le vert voudra dire assomption céleste, mais aussi dégénérescence infernale, à la fois sagesse et folie.
Site génial sur la couleur au Moyen Age (un peu simplifié ms tres bien fait)http://www.ifrance.com/namta/medieweb/colors.htm
autre site moins dirigé vers le moyen age ms tout aussi passsionnant :http://www.creatic.fr/cic/B022Doc.htm
autres site dédié a la couleur… il s’agit la carrement d’un dico avec tous les noms des nuances de couleur…. Assez impressionnant, et surtout ca permet de vraiment mettre un nom sur certaines nuances, parce que rien q pour la pourpre chacun y va de sa propre nuance, lol :http://www.pourpre.com/index.php