« Et ils s’émerveillèrent… » – Croatie médiévale

 

Trésors de l’art médiéval croate

« Et ils s’émerveillèrent… » – Croatie médiévale

 

du 10 octobre 2012 au 7 janvier 2013
Musée de Cluny

6, place Paul Painlevé
75005 Paris
01 53 73 78 00
Ouvert tous les jours, sauf le mardi, de 9h15 à 17h45
http://www.musee-moyenage.fr/

Vernissage le 9 octobre 2012

« Et ils s’émerveillèrent… » : telle est l’expression employée par Geoffroy de Villehardouin pour décrire la réaction des « pèlerins » découvrant Zara, actuelle Zadar, en 1202. L’exposition du musée de Cluny nous invite à partager cette fascination des hommes du Moyen Âge pour les trésors de Croatie, à travers une sélection d’une quarantaine de pièces
exceptionnelles.

A l’initiative du festival « Croatie, la voici », l’exposition présente un choix de 43 œuvres illustrant le dynamisme et l’originalité de la création médiévale locale du IXe au XIVe siècle, mais aussi la richesse des échanges artistiques entre les provinces de l’actuelle Croatie et le reste de l’Europe durant cette période.
Dans ce cadre, le musée de Cluny bénéficie de prêts prestigieux consentis par les principaux musées et trésors d’églises des villes de Pula, Zadar, Nin, Trogir, Split, Dubrovnik et Zagreb. L’orfèvrerie est à l’honneur, associée à de remarquables exemples de sculpture. Des manuscrits enluminés complètent ce panorama des « merveilles ».

La scénographie de l’exposition associe une présentation chronologique à la mise en valeur de quelques ensembles et chefs-d’oeuvre remarquables. La première section met en lumière l’exceptionnelle qualité de la sculpture carolingienne et son assimilation à la fois personnelle et profonde de l’héritage paléo-chrétien, grâce aux éléments de jubé ou de chancel de Zadar et Pula. Un ensemble de manuscrits, provenant de Zagreb, Dubrovnik ou Split, et de reliquaires d’or ou d’argent issus de trésors d’églises, soulignent la somptuosité des créations romanes et les échanges actifs à cette époque, tant avec l’Orient qu’avec l’Occident.

Au XIIIe, et surtout au XIVe siècle, ces régions furent de véritables creusets où les fortes traditions locales s’enrichirent d’apports extérieurs, notamment vénitiens. Les reliquaires en forme d’éléments du corps humain, tête, bras, jambe… forment un ensemble unique en Europe, dont l’originalité surprend encore les voyageurs contemporains.
D’autres pièces d’orfèvrerie, profanes ou religieuses, la peinture de manuscrits ou la sculpture démontrent quant à elles l’intensité des échanges, sous des aspects variés : reprise formelle, venue d’artistes, importation d’oeuvres. Ainsi, le devant de tombeau de l’église de la Vierge du Carmel est attribué à un maître vénitien actif à Trogir. Une croix au poinçon d’Avignon est conservée dans le trésor de la cathédrale de cette ville.
La mitre du trésor de la cathédrale de Zagreb et la superbe couronne de Zadar sont rehaussées de pierreries serties dans des montures inspirées de celles de la Pala d’oro au trésor de Saint Marc de Venise.

Célèbres ou méconnues, ces pièces maîtresses du patrimoine croate mettent en lumière l’existence, bien avant le XXIe siècle, d’une communauté culturelle européenne à laquelle participaient activement les villes de l’actuelle Croatie.

Commissaires de l’exposition
Nikola Jakšić, Professeur émérite de l’Université de Zadar.
Miljenko Domijan, Conservateur en chef, Ministère de la Culture.
Élisabeth Taburet-Delahaye, Directrice du musée de Cluny – musée national du Moyen Âge.
Michel Huynh, Conservateur en chef au musée de Cluny – musée national du Moyen Âge.