(Brève parue au XIXe siècle)

LE VIN DE REBRECHIEN
(Brève parue au XIXe siècle)

A ux onzième et douzième siècles, les rois de France, ne possédant ni la Champagne, ni la Bourgogne, ne buvaient pas d'autre vin que celui qu'ils recueillaient de leurs vignes. Or, ce qu'ils estimaient surtout, c'était le vin deRebrechien , terre située près d'Orléans, laquelle était en ce temps-là du domaine royal.

Henri I er faisait toujours porter de ce vin-là à sa suite, quand il allait à la guerre, afin qu'animé par son feu il courut avec plus de force au combat. Louis le Jeune n'usait pas non plus d'autre vin, comme cela paraît par une lettre aux régents du royaume pendant sa croisade, où il leur recommande de donner soixante muids de don meilleur d'Orléans à Arnoul, évêque de Lisieux, « son très cher ami. ».

Philippe-Auguste céda, en 1189, Rebrechien au chapitre de Saint-Martin de Tours.