création de White Wolf Studio

Les Templiers Du Monde des TénèbresNon Nobis Domine, Non Nobis,Sed Nomini Tuo Da Gloriam(Non pour nous, Seigneur, non pour nous,mais pour la gloire de ton nom)Une aide de jeuDe L’internationale BrujahsEcrite par Guilllaume Etuy (Email : galagorn@wanadoo.fr)Revue par Daniel MassonAvertissementTout ce qui suit est destiné comme matériel de campagne pour le Jeu de rôle Vampire : laMascarade™, création de White Wolf Studio©, édité en France par Hexagonal et, bien que basésur des faits historiques et contemporains réels est TOTALEMENT FICTIF.C’est juste un jeu, OK ?2HISTOIREAu moyen âge, depuis 4 siècles, les lieux saints sont aux mains des arabes puis desturcs. A la fin du 11ième siècle, les chrétiens s'en émeuvent, à cette époque les Turcs se sontemparés de la Perse, de la Syrie, de la Palestine et de l'Asie mineure et sont aux portes deConstantinople, c'est à dire aux portes de l'empire chrétien d'orient.Alexis Comnème, empereur de Byzance, demande en 1074 de l'aide à l'occidentchrétien. En 1095, le pape Urbain II entend cet appel et prêche la croisade pour délivrer leTombeau de christ: en 1099, Jérusalem est prise.Pour une protection permanente des pèlerins chrétiens et des routes, un ordrechevaleresque est créé: l'ORDRE DES PAUVRES CHEVALIERS DU CHRIST, plus connusous le nom d'ORDRE DU TEMPLE.L'ordre des Templiers est fondé en 1119, à Jérusalem, par un chevalier champenois,Hugues de Payns, et quelques autres chevaliers français compagnons de Godefroi deBouillon. Ils prennent d'abord le nom de Pauvres Chevaliers du Christ, adoptent la règle desaint Augustin et se destinent à la police de la palestine. Le roi de Jérusalem, Baudouin II lesinstalles dans un palais voisin de l'ancien temple de Salomon. C'est aussi à cette époque qu'ilsrencontrent des Chevaliers de l'Ordre des Cendres Amères ( un ordre secret de puissantCaïnites libérés de la malédiction de Caïn et luttant contre les forces démoniaques, voir LeLivre Vampire L’Age des Ténèbres, p 41), après 7 ans de pourparlers ils fondent (en 1126)avec cet ordre une alliance qui devra être renouvelé tout les 50 ans.En 1128, l'ordre est confirmé et reçoit une règle sévère. Il comporte des chevaliers(nobles), des frères lais, des chapelains et des prêtres. Les premiers grands-maîtres sont, aprèsle fondateur : Robert de Craon, Everard des Barres, André de Montbar, Bertrand de Blancfort,Philippe de Milly, Eudes de Saint-Amand et Gérard de Ridfort. Le fondateur cherche enoccident à recruter des templiers, il trouve en Saint Bernard un partisan convaincu, qui faitl'éloge de l'humilité, de l'activité et de la pauvreté des templiers.En 1148, le pape leur donne un habit : manteau blanc et croix vermeille. A cette date,l'ordre s'est déjà amplifié et enrichi de nombreuses donations. Il dispose d'un réseau deforteresse en Palestine. Leur fortune amène les templiers à devenir les banquiers des pèlerins,banque privilégiée, plus indépendante des pouvoir temporels, parce que relevant seulement dupape. Avec le temps, l'activité des templiers en Terre sainte se transforme : ils deviennent lesmaîtres de vastes domaines. Ils se mêlent aux querelles féodales, ce qui amène leurs ennemisà les accuser de trop de bienveillance pour les seigneurs de l'islam, ou d'avoir des intérêts àdéfendre. Il est certain que, comme tant d'autres ordres religieux, celui des templiers avaitperdu progressivement beaucoup de ses vertus primitives.Quand la Terre sainte échappe complètement aux chrétiens, les templiers se replientsur Chypre. Ils ont aussi des établissement, ou "temples", en Occident : à la fin du XIIIémesiècle, le Temple de Paris est une banque à laquelle le roi de France fait constamment appel.Jusqu'en 1307, le secours qu'il apporte à Philippe le Bel lui vaut d'être ménagé, puis le roidécide d'abattre l'ordre afin de mettre la min sur ses richesses. Le conseiller de Philippe le Bel,Guillaume de Nogaret, sera le véritable artisan du procès et de la chute des templiers. ClémentV, à la requête du roi, entreprend une enquête sur les templiers. Le roi brusque les choses,faisant arrêter par surprise, le 13 octobre 1307, 138 templiers par les officiers royaux. Avec leconcours de l'Inquisition, ils sont interrogés et torturés; on leur fait avouer divers forfaits : depratiquer le culte d'une idole dénommée Baphomet, de cracher sur la Croix lors des ritesd'admissions, de se livrer obligatoirement à la sodomie, etc… etc... Le procès, commencé en1307, ne prendra fin qu'en 1314. Le pape Clément V proteste, mais sans vigueur, contrel'attitude du roi et de l'irrégularité du procès. Ayant toutefois évoqué l'affaire (17 nov. 1307),3il obtient qu'on lui remette les inculpés. C'est alors que bien des templiers, reprenant courage,se rétractent. Mais bientôt Clément V cède devant l'intervention de Philippe le Bel : il confiele procès des personnes à des cours diocésaines et charges l'enquête sur l'ordre lui-même descommissions pontificales, contrôlées, en fait, par le pouvoir royale.En 1309, les interrogatoires reprennent. Les templiers se montrent beaucoup plusréticents. 36 prisonniers meurent sous la torture et , en mai 1310, l'archevêque de Sens encondamne 54 autres au bûcher, non comme hérétiques, mais comme relaps. Au concile deVienne (oct. 1311), la culpabilité des templiers n'est pas reconnue, mais le pape décide lasuppression de l'ordre (bulle Vox in excelso, 3 avril. 1312).En novembre 1312, le pape confie le procès des dignitaires à une commission de troiscardinaux, qui les condamne à la prison perpétuelle. Mais, comme Jacques de Molay, grandmaîtrede l'ordre, et ses amis protestent et rétractent leurs aveux antérieurs, le conseil royal lesdéclares relaps et les envoie au bûcher (mars 1314). Les biens des Templiers sont alorsdévolus aux Hospitaliers.Cependant avant de mourir Jacques de Molay fit jurer à Beaujeu (son neveu) de sauverl'ordre et ses trésors. Dés que le grand-maître eut expiré, Beaujeu s'empressa de tenir sesengagements. Il s'assura la fidélité de 9 chevaliers du Temple, infortunés échappés aux fureursdes persécutions; il mêla son sang avec celui de ses frères puis fit voeu de propager l'Ordre surtout le globe tant qu'ils se trouveraient 9 architectes parfaits.Depuis lors les templiers ont survécu, ils se sont aussi propagé durant la colonisationdu nouveau monde en fondant des commanderie au Québec, en Louisiane, et en Amérique duSud. Ils purent ainsi grandement enrichire l'ordre et en assuré la pérennité.A la révolution, bien qu'ils ne furent pas les instigateurs des idées de révolte du peuple, ilsparticipèrent à la chute et au pillage des trésors de la monarchie. Ainsi ils se vengèrent ducoup porté contre l'ordre par Philipe le Bel.Ensuite leurs actions passèrent quasi inaperçu, accumulant pouvoir, richesse, connaissance etde nombreuses reliques perdus.C'est ainsi que les Templiers ont survécu jusqu'à nos jours.4ORGANISATIONLes objectifsL'ordre vise trois objectifs principaux : La promotion et la protection de la Foi. La protection des lieux saints et des reliques. La lutte contre les forces démoniaques (à savoir : Démons, la plupart des Vampires,Spectres et tous les adorateurs sataniques et Infernalistes).L'ordre vise aussi trois objectifs secondaires : Accumuler richesses et pouvoir (en tant que moyen et non en tant que fin). L'accumulation des connaissances. L'assistance aux être bons ou ayant une Foi véritable.La Règle.Depuis la première Règle de l’Ordre du Temple, très stricte, il y a eu de constantsréaménagements et assouplissements quant au régime interne de l’Ordre. Ceci ne signifie pasque tout y est autorisé, la discipline et le mode de fonctionnement interne qui y règnent sontdu même genre que ceux en usage au sein des armées modernes, et ils sont strictementappliqués. En revanche, la vie privée des membres du Temple est largement respectée lorsqueceux-ci ne sont pas ‘‘de service’’, à condition qu’elle n’aille pas à l’encontre des principesmoraux édictés parle Temple. Soulignons qu’une enquête approfondie est menée sur le passéet la moralité de tout candidat à l’incorporation au sein de l’Ordre, ce candidat devant, enoutre, être parrainé par un membre actif de l’Ordre.En revanche, les voeux monastiques ont été depuis longtemps abandonnés, l’essentiel deseffectifs étant constitué de laïcs, et ce même si les plus dévoués d’entre eux ont la Vrai Foi, etles Voeux d’entrée au Temple sont ‘‘Fidélité, Excellence et Secret’’.En outre, depuis la fin des années ’70 l’Ordre est ouvert aux femmes, sans exclusion aucune,leur ascension aux postes de responsabilité s’effectuant, comme tout le monde, au mérite (enthéorie en tout cas !). De nombreux Chevaliers sont des femmes de même que quatreCommandeurs.La hiérarchieL'Ordre comporte 7 classes principales : Un Maître (réélu tous les 8 ans), élu par tous les chevaliers, exerce l'autorité suprêmesur l’Ordre, mais il doit consulter le chapitre (constitué des Primus des commanderies)de l'Ordre pour les décisions importante. Porte un complet blanc liseré d’or avec unecroix templière dorée sur le col. A noter que l’on n’utilise jamais l’appellation de‘‘Grand Maître’’ popularisée par la littérature populaire sur les Templiers. Les Commandeurs (réélus tous les 5 ans), qui portent un complet blanc liseréd’argent avec une croix templière argentée sur le col. dirige une commanderie (soitentre 10 et 70 personnes). Ils sont élu par et parmi les chevaliers de leur région. Les Chevaliers (à vie), complet blanc liseré de rouge avec une croix templière rougesur le col, ils constituent le ‘‘noyau dur’’ des membres des Templiers, ce sont lesmembres actifs, ils sont formés et entraînés à la lutte contre les forces démoniaques (à5savoir : Démons, Vampires, Spectres et adorateurs sataniques) et à effectuer lesmissions les plus périlleuses que l’Ordre pourra leur confier. Les Frères d’Armes (a vie) : portent un complet blanc liseré de bleu turquoise avecune croix templière assortie sur le col, ils forment le ‘‘Service Action’’ de l’Ordre.Constitués en commandos d’intervention de 4 à 12 hommes, ils sont supérieuremententraînés et équipés pour des coup de mains partout dans le monde, dans n’importequel environnement, en ‘‘civil’’ ou en ‘‘uniforme’’ (façon SWAT). Tous n’ont pas laVrais Foi et sont menés par un Chevalier lorsqu’il y a risque de tomber sur un ennemisurnaturel. Dans le cas contraire, ils sont menés par un Sergent d’Armes (idem, maisliserés bleu roi). Ils peuvent devenir chevaliers après 5 ans de service méritoire, surproposition du Commandeur et sur vote des Chevaliers de leur commanderie Les Frères de Métiers (à vie), complet blanc liseré de vert émeraude avec une croixtemplière assortie, ils constituent les forces passives des Templiers et près des deuxtiers des effectifs. Ce sont eux qui par leur travail fournissent financement et outils àl'ordre. Ce sont pour la plupart des juristes et financiers chargés de gérer lesgigantesque biens et avoirs que possède l’Ordre par le monde. Ils peuvent devenirchevaliers après 5 ans de service méritoire, sur proposition du Commandeur et survote des Chevaliers de leur commanderie. Les Membres honoraires : Ce sont des individus talentueux qui ont prouvé leurvaleur et leur utilité à l’Ordre qui peut faire appel à eux et leur apporte un certainsoutient (au moins financier). Ils ne sont pas soumis à la hiérarchie du Temple et sontparrainés par un Templier qui leur sert de contact avec l’Ordre et doit être auminimum Chevalier. Ils peuvent se rendre au Chapitre annuel de leur commanderie etportent alors un, complet blanc liseré de noir avec une croix templière (ou tout autresymbole de leur choix) assortie sur le col Les Novices (formation de 2 ans), complet gris liseré de noir avec une croix templièreassortie sur le col, ce sont les futurs membres, ils deviendrons Frères d’Armes ou deMétier après une formation de 2 ans minimum.La discipline de l’OrdreL'Ordre est administré par une discipline très stricte. Les sanctions pouvant être très sévères,trois types de fautes existent au sein de l'Ordre : Les Fautes Légères : Qui peuvent entraîner des pénitences diverses et plus ou moinsprolongées, des tâches particulières d’intérêt collectif. Le but n’est pas d’humilier lefautif mais de l’amener à se repentir. En général un repenti est accueilli par ces pairs àla fin de sa pénitence par une cérémonie spéciale dite du ‘‘meilleur retour’’ au coursde laquelle certains relâchement de discipline (alcool et musique notamment) sonttolérés. Les Fautes Graves : Telles que la simonie (vente d'objet saints), la lâcheté, l'hérésie,la trahison du secret, le meurtre d'un innocent. Ce type de faute peuvent entraînerl'exclusion de l'Ordre. De plus, le coupable doit se retirer dans une abbayeCistercienne sans contacts extérieurs (et il sera étroitement surveillé) ou choisir d'êtreemprisonné à vie ! (Pour ne pas divulguer les secrets de l'Ordre). Les Fautes Capitales : Elles englobent toute relation ou complicité, même passive,avec les ennemis déclarés de l’Ordre. Une seule sanction : la mort. Seul le Maître peutla prononcer après vote majoritaire des Commandeurs. Il doit en prendre laresponsabilité, en choisir les modalités (le plus souvent une balle dans la nuque) etl’appliquer personnellement. Cette sanction est très rare et tend à disparaître.6MODUS OPERANDI DE L’ORDRELe problème de financement.Si la mission que s’est donnée l’Ordre est simple en théorie (protection de la Foi et des Lieuxsaints), elle est beaucoup plus difficile à réaliser dans la pratique. En effet, l’Ordre du Templen’existe officiellement plus, étant devenu une organisation clandestine, il lui était impossibled’avoir les revenus abondants et réguliers indispensables à la poursuite de ses objectifs.Du fait des Hautes valeurs morales prônées par ses dirigeants, il était impensable de basculerdans l’illégalité en ayant recours à des moyens illégaux ou des activités criminelles : ladéfense de la Foi ne saurait tout justifier, selon les dirigeants de l’Ordre.La conquête du Nouveau monde.De fait, c’est pour pallier à cette situation que l’Ordre envoya ses membres au-delà des océansafin d’en ramener les richesses qui lui manquaient, ceci sous la couverture d’autres ordresreligieux militaires tel l’Ordre du Christ et l’Ordre de Montesa (voir Plus bas). L’or desAmériques parvint à satisfaire la demande de l’Ordre jusqu’à la fin du XVIIième siècle. Par lasuite, du fait du tarissement des ressources minières de ce continent, il fallu trouver d’autressolutions encore plus discrètes du fait de la vigilance sans faille de l’Inquisition, notammenten Espagne zone d’activité principale de l’Ordre (précisément à cause des activités del’Ordre ?).Il fallait trouver autre chose, ce fut fait lorsque l’Ordre prit conscience de l’immense videspirituel laissé par l’attitude parfois scandaleuse de certains hauts dignitaires ecclésiastiquesqui, à coup de scandales, détournements, richesse insolente, cadeaux somptuaires à leursmaîtresses et autres provoquaient un rejet de plus en plus marqué de la part des laïques, ycompris dans la noblesse. Ce fut le coup de tonnerre de la Réforme protestante qui donnal’idée : si les gens voulaient de la spiritualité et du mystère ils allaient être servis.La Naissance des Loges.Les membres les plus charismatiques du Temple, du rang minimum de Chevalier eurent pourmission de recruter des individus influents, riches bourgeois, nobles oisifs ou ecclésiastiquesdésabusés afin d’obtenir d’eux les moyens financiers et humains qui faisaient tant défaut al’Ordre.Le système était simple : chaque Chevalier se rendait dans les cercles de la haute société,noblesse ou bourgeoisie, et réunissait autour de lui les notables les plus influents en seproclamant (un comble !) ‘‘Héritier des Templiers’’ et, en échange de dons en argent ou en‘‘services’’ promettait de dévoiler quelques secrets et, en outre, de faire passer quelquesthèses philosophiques Templières. Ces thèses, souvent en rapport avec les thèses gnostiquesou cathares devinrent rapidement populaires car clairement différentes de la position officiellede l’Eglise.Du point de vue du Temple, l’opération était tout à fait morale (et rentable), en effet, les‘‘templiers’’ étaient authentiques, ainsi que leurs thèses et leurs connaissances mystiques,même si celles-ci étaient soigneusement distillées pour ne pas trop en dire. Les assertions etdoctrines et ‘‘secrets’’ des ‘‘Templiers’’ étaient réelles, il n’y avait aucune escroquerie, ce quiétait très important pour les dirigeants du Temple. Les sommes d’argent et d’influence étaienttoutes reversées au Temple ou lui bénéficiaient, en outre ceci permis de relancer lerecrutement en crise depuis longtemps au sein du Temple.Mais le véritable coup de génie du Temple fut de lancer une ‘‘mode’’ de l’occultisme sousson identité réelle, tout en laissant croire (également par des agents du Temple) qu’il ne7s’agissait que de charlatanisme, éloignant du même coup tout risque d’attention trop soutenuede la part de l’Eglise, de toute façon trop engluée par le problème de protestantisme croissanten Europe.Enfin, des charlatans, réels ceux-là, se mêlèrent au phénomène créant leurs propres sociétéssecrètes, ajoutant à la confusion ambiante, ainsi, des individus tels Adam Weishaupt(fondateur des Illuminati de Bavière) et le prétendu compte de St Germain n’avaient aucunrapport avec le Temple mais furent de très efficaces rideau de fumée pour les activités de cedernier, au point qu’environ 10 % seulement des ‘‘cercles ésotériques’’ qui fourmillaient danstoutes les capitales européennes avaient un rapport direct avec le Temple.Ce phénomène atteint son apogée de la fin du XVIIIième siècle jusqu’à la révolutionindustrielle. Ces résultats allèrent au-delà des espoirs des promoteurs et durant le siècle etdemi qu’il dura le Temple emmagasina des richesses considérables qu’il su utiliser avecdiscernement au moment de la révolution industrielle (à l’essor de laquelle il n’était en aucuncas lié) en effectuant des placements judicieux.Activités aujourd’hui.Avec les sommes acquises durant les deux siècles précédents, le Temple n’est plus tributairede la générosité des tiers pour accomplir sa mission, il dispose d’avoir financiers et fonciersconsidérables, largement suffisants pour financer ses activités dans le monde entier. Toutefoisle Temple d’aujourd’hui a hérité des activité d’hier, notamment les ‘‘sociétés secrètes’’ quifirent sa fortune.De fait, le rôle des Frères de Métier tient essentiellement en deux tâches : Gérer la fortune du Temple par le biais de fonds de placements contrôlés par dessociétés appartenant au Temple sous couvert d’anonymat et de couvertures multiples. Gérer et développer les différents ‘‘cercles’’ mystiques et autres ‘‘fraternités’’occultes, que l’on regroupera sous le terme générique de ‘‘Loges’’, afin d’utiliser aumieux l’influence de ses membres, même si le recrutement est assez rare par ce canall’influence offerte au Temple est suffisante pour justifier le maintient du système, aupoint que le rôle d’un Commandeur consiste de plus en plus à coordonner les activitésde ses chevaliers pour orienter les activités de ‘‘leur’’ Loge au mieux des intérêts duTemple.Parallèlement à cela les Chevaliers appuyés par les Frères d’Armes luttent contrent lesennemis du Temple ‘‘ad Majorem Dei gloriam’’.