Chanson de croisade et d'amour du châtelain de Coucy

 

Chanson de croisade et d'amour du châtelain de Coucy
 

Avous, amant, plus qu'a nulle autre gent,
Est bien raison que ma douleur conplaigne,
Quar il m'estuet partir outreement
Et dessevrer de ma loial conpaigne;
Et quant li pert, n'est rienz qui me remaigne.
Et sachiez bien, Amours, seülement,
S'ainc nuls morut pour avoir cuer dolent,
Donc n'iert par moi maiz meüs vers ne laiz

Biauz sire Dieus, qu'iert il dont, et conment ?
Convenra m'il qu'en la fin congié praigne ?
Oïl, par Dieu, ne puet estre autrement :
Sanz li m'estuet aler en terre estraigne.
Or ne cuit maiz que granz maus me soufraigne,
Quant de li n'ai confort n'alegement
Ne de nule autre amour joie n'atent
Fors que de li - ne sais se c'iert jamaiz.

Biauz sire Dieus, qu'iert il du consirrer
Du grant soulaz et de la compagnie
Et de l'amour que me soloit moustrer
Cele qui m'ert dame, conpaigne, amie ?
Et quant recort sa simple courtoisie
Conment me puet li cuers u cors durer ?
Quant ne s'en part, certes il est mauvaiz.

Ne me vout pas Dieus pour neiant doner
Touz les soulaz qu'ai eüs en ma vie,
Ainz les me fet chierement conparer ;
S'ai grant poour cist loiers ne m'ocie.
Merci, Amours ! S'ainc Dieus fist vilenie,
Con vilainz fait bone amour dessevrer ;
Ne je ne puiz l'amour de moi oster,
Et si m'estuet que je ma dame lais.

Or seront lié li faus losengeour,
Qui tant pesoit des biens qu'avoir soloie ;
Maiz ja de ce n'iere pelerins jour
Que ja vers iauz bone volenté aie.
Pour tant porrai perdre toute ma voie,
Quar tant m'ont fait de mal li trahitour,
Se Dieus voloit qu'il eüssent m'amour,
Ne me porroit chargier pluz pesant faiz.

Je m'en voiz, dame. A Dieu le creatour
Conmant vo cors, en quel lieu que je soie.
Ne sai se ja verroiz mais mon retour ;
Aventure est que jamaiz vous revoie.
Pour Dieu vos pri, quel part que li cors traie,
Que nos convens tenez , vieigne u demour,
Et je pri Dieu qu'ensi me doint honour
Con je vous ai esté amis verais.



Avous, amants, plus qu'à personne d'autre,
il est bien juste que je me plaigne de ma peine,
alors qu'il me faut partir au loin
et me séparer de ma loyale compagne ;
quand je la perds, il ne me reste rien.
Sachez bien, Amour, assurément,
si quelqu'un est jamais mort pour avoir le coeur triste,
jamais par moi ne sera plus composé vers ni lai.

Seigneur Dieu, qu'adviendra-t-il et qu'en sera-t-il ?
Faudra-t-il à la fin que je prenne congé d'elle?
Oui, par Dieu, il n'en peu être autrement :
sans elle, il me faut aller en terre étrangère ;
désormais je crois que les grandes peines ne me manqueront pas,
puisque je n'ai d'elle ni réconfort ni apaisement
et que je n'attends de personne la joie d'amour
si ce n'est d'elle, et je ne sais si cela sera jamais.

Seigneur Dieu, qu'en sera-t-il dans l'absence
du réconfort, de la compagnie
et de l'amour qui me venaient
de celle qui était ma dame, ma compagne, mon amie ?
Quand je me rappelle sa douce courtoisie
et les tendres mots qu'elle savait me dire,
comment mon coeur peut-il rester dans mon corps ?
S'il ne s'en sépare pas, il est certes mauvais.

Dieu n'a pas voulu me donner pour rien
toutes les délices que j'ai eues en ma vie,
maintenant il me les fait cher payer ;
j'ai grand-peur que le prix demandé ne me tue.
Pitié, Amour ! Si Dieu fit jamais acte vilain,
c'est en vilain qu'il rompt un bon amour.
Moi, je ne puis m'ôter l'amour du coeur
et pourtant il faut que je laisse ma dame.

Désormais seront contents les hypocrites médisants
à qui les biens dont je jouissais pesaient tant ;
mais je ne serai jamais assez pèlerin
pour avoir à leur égard de bonnes intentions.
Même si je devais y perdre le profit du voyage,
les traîtres m'ont fait tant de mal
que si Dieu voulait que je les aime,
il ne pourrait me charger d'un plus lourd fardeau.

Je m'en vais, ma dame. A Dieu le créateur
je vous recommande où que je me trouve.
Je ne sais si vous verrez jamais mon retour ;
il est possible que je ne vous revoie jamais.
Mais je vous prie, pour Dieu, où que nous soyons,
d'honorer notre engagement, que je revienne ou demeure,
et je prie Dieu de m'accorder autant d'honneur
que je vous ai été un ami sincère.




-