Chanson d'amour du châtelain de Coucy

 

Chanson d'amour du châtelain de Coucy
 

La douce voiz du rosignol sauvage
Qu'oi nuit et jor cointoier et tentir
Me radoucist mon cuer et rassouage ;
Lors ai talent que chant pour esbaudir.
Bien doi chanter puis qu'il vient a plesir
Cele qui j'ai de cuer fet lige honmage ;
Si doi avoir grant joie en mon corage,
S'ele me veut a son oés retenir.

Onques vers li n'oi faus cuer ne volage,
Si me deüst por ce melz avenir ;
Ainz l'aim et serf et aor par usage,
Si ne li os mon penser descouvrir.
Car sa biauté me fet si esbahir
Que je ne sai devant li nul langage ;
Ne regarder n'os son simple visage,
Tant en redout mes euz a departir.

Tant ai en li ferm assis mon corage
Qu'ailleurs ne pens, et Deus m'en dont joïr,
C'onques Tristan, cil qui but le buvrage,
Si coriaument n'ama sanz repentir.
Car g'i met tot : cuer et cors et desir,
Sens et savoir - ne sai se faz folage,
Ançois me dout qu'en trestout mon aage
Ne puisse li ne s'amor deservir.

Je ne di pas que je face folage,
Nes se pour li me devoie morir,
Qu'el mont ne truis si bele ne si sage
Ne nule riens n'est tant a mon plesir.
Mult aim mes euz qui me firent choisir :
Lués que la vi, li lessai en ostage
Mon cuer qui puis i a fet lonc estage,
Ne jamés jor ne l'en quier departir.

Chançon, va t'en pour fere mon mesage
La ou je n'os trestoner ne guenchir,
Que tant redout la male gent honbrage
Qui devinent, ainz que puist avenir,
Le bien d'amors. Deus les puist maleïr,
Qu'a maint amant ont fet ire et outrage ;
Mes j'ai de ce touz jorz mal avantage
Q'il les m'estuet seur mon cuer obeïr.



La douce voix du rossignol sauvage
que nuit et jour j'entends gazouiller et retentir
adoucit et console mon coeur ;
alors j'ai le désir de chanter pour m'enhardir.
Je dois bien chanter puisque cela fait plaisir
à la dame à qui j'ai fait hommage ;
je dois avoir en mon coeur une grande joie
si elle veut me retenir pour son service.

Jamais envers elle je n'eus un coeur faux ni volage,
cela devrait me réserver un meilleur sort ;
mais j'aime, je la sers, je l'adore sans cesse,
sans pourtant oser lui découvrir mon coeur.
Car sa beauté me trouble au point
que je ne sais plus devant elle nul langage ;
je n'ose plus regarder son visage ingénu,
tant je redoute d'en détacher mes yeux.

J'ai mis en elle si fortement mon coeur
que je pense à personne d'autre. Dieu m'en donne la joie !
Jamais Tristan, lui qui but le breuvage,
n'aima sans regret d'un tel coeur.
Car je m'y mets tout entier, coeur, corps, désir,
entendement et savoir - je ne sais si c'est folie,
mais j'ai peur de ne pouvoir
de toute ma vie mériter ni elle ni son amour.

Je ne dis pas que je fais une folie,
même si pour elle je devais mourir,
car je n'en trouve au monde de si belle, de si sage
et aucune n'est à ce point à mon gré.
J'en aime mes yeux qui me la firent apercevoir :
dès cet instant, je lui laissai en otage
mon coeur qui depuis y a fait un long séjour
et jamais je ne veux l'en séparer.

Chanson, va-t-en délivrer mon message
là où je n'ose retourner ni me rendre,
car je redoute tant les méchants ombrageux
qui devinent, avant qu'il puisse advenir,
le bien d'amour. Dieu puisse-t-il les maudire !
Ils ont causé douleur et tort à maint amant,
mais moi, j'ai chaque jour ce désavantage :
il me faut à contrecoeur leur obéir.